Marguerite Mestrallet

A la lecture des sources de la FEPEM, Marguerite Mestrallet apparaît comme l’une des dirigeantes les plus importantes dans l’histoire de l’organisation : co-fondatrice en juin 1948 de la Fédération des employeurs de gens de maison (le premier nom de la FEPEM), aux côtés de Joseph Zamanski, elle avait également suivi en 1938 la création de l’Union familiale des maîtres et maîtresses de maison, qui fut la première fédération de groupements de particuliers employeurs en France. Et elle fut avant tout, en 1937, la fondatrice à Lyon de la toute première association de particuliers employeurs déclarée comme telle dans l’Hexagone. Présidente de la Fédération de 1959 à 1965, elle en resta présidente d’honneur jusqu’à sa mort en 1979. Durant quarante ans elle consacra son énergie et sa force de conviction à la construction de ce qui allait devenir la FEPEM.

Les éléments retrouvés dans les archives laissent penser que Mme Mestrallet était une militante et une présidente investie… mais excessivement discrète. À l’instar des présidents Zamanski et Barcat, et comme pratiquement toutes ses successeures, elle n’a malheureusement pas laissé de dossiers de travail personnels qui pourraient raconter plus précisément ses motivations, son action et son expérience d’employeure engagée. Aujourd’hui la FEPEM ne dispose dans ses archives que d’une seule image d’elle : une photo illustrant un article du quotidien régional Le Provençal, sur une assemblée générale d’employeurs à Marseille en 1961, la montre écoutant avec grande attention l’exposé de Mme Desolneux, la vice-présidente du groupement des Bouches-du-Rhône… À ce jour, on ne connait pas d’autre portrait de cette femme qui fait pourtant partie des «historiques » de la FEPEM. On serait donc tentés de statuer sur un « mystère Mestrallet ».